Babido, 26 ans, s’est remis au rap après une pause de quelques années. Il se lance en 2010 puis s’arrête en 2017, essentiellement pour repenser sa direction artistique, trouver sa voix et le son qui lui va. Son retour s’accompagne d’un label, House of Art Prod, qu’il cofonde et où il signe. Babido a déjà cinq morceaux en ligne, et des thématiques de prédilection : pauvreté, discrimination, violence, mais aussi espoir en l’avenir et en la jeunesse.

Seule candidate sélectionnée lors du Tremplin rap/hip-hop de L’Boulevard 2022, Minerva revient en 2023 en tant qu’invitée. Les retours en force sont presque devenus une habitude chez la rappeuse rbatie, qui s’était fait connaître en 2019 sous le blase de Nomi, avant de réapparaître masquée, en août 2020, sous le pseudo Minerva. Une identité en clair-obscur, qu’elle semble découvrir à mesure qu’elle la dévoile au public. En attendant de sortir son premier EP, Minerva multiplie les clips et les scènes, du Boultek à Ked Beirut, où elle a performé dans le cadre de la résidence Rap & Beyond.

De la Planète Vegeta à Casablanca, il n’y a qu’un pas. Originaire de Derb Sultan, Dareal Goku commence à écrire ses premiers textes à l’âge de 14 ans. C’est en 2022 qu’il commence à partager ses morceaux avec le public : au compteur, le rappeur a six chansons et quatre clips, dont “Bismillah”, sorti en avril 2023, qui résume bien l’écriture imagée et l’énergie espiègle auxquelles s’attendre lors de sa performance live au Tremplin.

Après avoir remporté le premier prix de la Compétition Tremplin dans la catégorie rap/hip-hop en 2022, Ayman Hero revient fouler la scène de L’Boulevard pour la 21e édition du festival en tant qu’artiste invité. L’occasion pour le public de redécouvrir le jeune rappeur de Derb Sultan, et surtout, de témoigner de son énergie, du chemin accompli depuis l’année dernière et de son envie de rêver, toujours un peu plus grand, et toujours en rappant, sans playback ni autotune.

Yakuza n’est pas un rappeur comme les autres. Lorsqu’il ne rappe pas, il est designer, street artist et digital painter. Autant dire que sa créativité est débordante, et elle se reflète tant dans l’univers musical qu’il dessine que dans la vision artistique qui l’anime. Prolifique et discret, le jeune rappeur à la voix rauque a déjà une mixtape de 11 tracks, Atypical, suivie de 3 bonus. Un projet aux contours mystérieux porté par un artiste aux multiples facettes, que le grand public s’apprête à découvrir lors de la Compétition Tremplin.

Originaire de M’rirt, dans le Moyen Atlas, Diib voue une passion sans borne à la culture hip hop, et s’applique, depuis plus d’une décennie, à apporter sa pierre à l’édifice du rap marocain. MC prolifique, le jeune trentenaire a déjà 4 mixtapes et 5 albums au compteur, en plus de nombreux singles et collaborations. Son dernier projet, Phenomenal, se veut une célébration des 50 ans du hip hop et réunit autour de Diib plusieurs artistes, estimés ou émergents, de L’Moutchou à Kira7, Tflow ou encore le rappeur algérien Skorp.

“We don’t make dirty music”. Voici la seule phrase avec laquelle s’est décrit 7mad, jeune rappeur d’Agadir, en envoyant sa candidature à la Compétition Tremplin 2023. Ses clips et sa musique parlent pour lui : de la désinvolture rappée avec sérieux, du vécu cautionné par un quartier et une esthétique hip hop urbaine qui n’hésite pas à s’inscrire, quand ça lui chante, dans la ruralité et les paysages du Souss, à coup de chèvres portées par le rappeur et de vaches qui posent à la caméra (“Par Hazard”). De la détermination, en toute décontraction.

Artiste polyvalent, musicien et compositeur de talent, Shobee est, depuis plus de dix ans, une figure incontournable du rap marocain, dont il réinvente les codes et les ambitions : repousser les limites, rêver plus grand, parfois même au-delà des frontières. Ses rêves, Shobee les réalise d’abord à travers Shayfeen, duo qu’on ne présente plus et qui marque l’histoire du rap marocain au tournant des années 2010, puis avec le collectif NAAR, à travers lequel il collabore avec des artistes internationaux (Laylow, Lomepal, Amir Obé) et prend part à la tournée européenne du projet éponyme, ouvrant les portes à l’exportation du rap marocain en Europe.

En 2023 et en apothéose, Shobee présente Howls, son tout premier projet solo. Un opus à l’esprit guerrier et aux versants intimes, imprégné de poésie populaire et de références marocaines préislamiques. Le succès ne se fait pas attendre : un mois après son lancement, il génère plus de 10 millions de streams. Pour découvrir Shobee en solo, rendezvous jeudi 16 novembre lors de cette 21e édition du festival L’Boulevard.

Scool Boy est un jeune rappeur de Hay Mohammadi. Il s’initie à la musique en 2016, puis trouve sa voie à travers la Positive School of Hip Hop (programme de formation initié par l’ex rappeur et formateur Anas Bawss et porté par la fondation Ali Zaoua), qu’il est fier de représenter, de la tête au AKA. Scool Boy croit au travail et ce dernier finit par payer : après cinq ans de sessions en studio, de participations à multiples concerts et showcases, il saute le pas en 2022 et lance son premier single, “Inara”, qui finit par dépasser le million d’écoutes sur Spotify, et presque autant sur YouTube.

Tif, alias Toufik, a compté sur sa bonne étoile : elle l’a mené d’Alger à Paris, où il a rencontré le succès qu’il mérite en tant que rappeur mélomane. Il y a d’abord eu un EP, Houma Sweet Houma, en 2022 (c’est aussi le nom de son label indépendant), puis un album pétri de nostalgie, 1.6, en 2023. Le revers du succès, c’est l’arrachement et la peur d’un exil égoïste, qu’il pose dans un opus où les fantômes qui le hantent sont tout aussi importants que son Algérie natale.

Mais il n’y a pas que les démons qui cohabitent dans le flow et l’imaginaire de Tif : il y a aussi des rythmes bien maghrébins, de l’amour vaporeux, de la mélancolie qui laisse place à de la joie et de vrais instruments, dilués à de la drill et des soupçons d’électro, entre autres éléments. Ça lui coûte d’être solo, on le sait, mais en face, son public marocain chantera sans doute en chœur avec lui Shadow Boxing, 3iniya, Hinata ou encore Mathusalem.